Mireille Abramovici n’a pas connu son père, Isaac Abramovici, arrêté par la Gestapo et déporté 10 jours avant sa naissance. Elle fut monteuse de films, enseignante en cinéma en France et à l’étranger. Après avoir recherché avec obstination les dernières traces de son père et filmé ses pas de Drancy à la forêt silésienne (Dor de tine, 2001), elle s’est ensuite investie dans un récit, À l’encre rouge (2014), évocation de la trajectoire de ses parents musiciens de Bucarest à Paris puis Monaco. Ne tirez pas ! est le troisième volet de sa démarche, une ouverture au monde : un roman comme une réconciliation.


Livres publiés à La Chambre d’échos :
• Ne tirez pas !